Vivre au Texas ou vivre à Lisbonne?

À l’heure où j’écris cet article, je termine ma 4ème année au Portugal après avoir été expatriée sept ans au Texas, et j’ai eu envie de vous proposer un petit comparatif entre ces deux expériences, car on m’a souvent posé la question du pays que je préfère entre les deux. Pour illustrer mon propos, je vais comparer différents points de la vie quotidienne, même si cela se rapporte à ma seule expérience et que tout cela reste évidemment très subjectif. Je vais parler de l’ensemble du Texas car tout est assez similaire avec ce que j’ai connu à Houston, mais en revanche je vais me focaliser sur Lisbonne au Portugal, car étant une capitale, cela change beaucoup la donne et n’est pas représentatif du reste du pays. Bonne lecture à tous !

Le travail

Sans parler de mon ancien métier de prof, qui est très spécifique, il est bien plus facile de travailler au Portugal qu’aux US. En effet, impossible de travailler de l’autre côté de l’Atlantique sans visa, qui est souvent bien difficile à obtenir sans l’aide d’une société qui souhaite vous employer. Il faut pouvoir prouver que l’expertise que vous amenez ne peut pas être remplacée par celle d’un américain… et que donc vous n’allez « voler » le travail de personne. Au Portugal, non seulement vous n’avez pas besoin de visa, mais en plus de nombreuses lois vous aident à créer votre société le cas échéant. Je ne compte même plus le nombre d’expatriés entrepreneurs dans mon entourage, ce qui n’était absolument pas le cas à Houston, où tous travaillaient pour de grosses sociétés (de pétrole notamment). Il est donc possible de venir tenter sa chance au Portugal sans avoir de travail, alors que c’est impossible au Texas.

Les salaires

Je ne sais pas à combien est le Smic aux US, mais au Portugal il est extrêmement bas, de l’ordre de 750 euros par mois. En tant que prof, vous pouvez espérer gagner à peine plus de 1000 euros à la fin de votre carrière, ce qui me parait complètement dément vu le prix de la vie ici ! Je pense que le salaire de base était plus élevé aux US, mais à cela doit être retranché le prix astronomique de l’assurance santé, et une éventuelle épargne pour le chômage et la retraite. L’un dans l’autre, il vaut mieux être pauvre au Portugal je crois… En revanche, il vaut mieux être riche aux US, parce que là les salaires peuvent être vraiment très élevés !

Le coût de la vie

Fait étonnant, le coût de la vie à Lisbonne est inversement proportionnel à la médiocrité des salaires. Mon dieu, que cette ville est chère ! Le gros point noir reste bien sûr le prix des logements, mais à cela s’ajoute le prix de l’énergie, des forfaits téléphoniques et internet, ainsi que celui de l’essence (2,30 euros en moyenne en ce moment !). À titre de comparaison, seule la nourriture est plus abordable qu’en France, tout le reste étant équivalent ou plus cher. Au Texas, je n’ai pas souvenir de prix aussi élevés, même si cela avait bien augmenté pendant les sept ans où j’y ai vécu. Les salaires étant par ailleurs plus élevés, cela permet d’épargner plus facilement, alors que c’est très difficile au Portugal.

Le cadre de vie

Houston, c’est facile, c’est plat et moche. Lisbonne, c’est pentu, coloré et avec des paysages à couper le souffle juste à côté. La comparaison pourrait être facile et s’arrêter ici, car il est vrai que je donne un 10/10 à la capitale portugaise. Toutefois, il ne serait pas juste de dire que je n’ai pas aimé les paysages du Texas, bien au contraire ! Les grands espaces, où on peut rouler pendant des heures, me manquent parfois. Il y a dans le Hill Country, cette région vallonnée au nord-ouest de Houston, un charme bien spécifique. On y retrouve des ranchs, des cow-boys, des bluebonnets (la fleur emblématique du Texas) et bien sûr des longhorns, ces espèces de vaches à très longues cornes. J’ai toujours adoré cette ambiance de Far West, et j’aimerais beaucoup y retourner une dernière fois… Un jour, peut-être ?




Les bluebonnets, la fleur emblématique du Texas qu’on retrouve partout au printemps




Le logement

Sans aucune hésitation, se loger au Texas est bien plus facile qu’au Portugal, et de loin ! Outre le prix des locations/achats qui sont bien plus avantageux aux US pour un bien identique, habiter à Lisbonne est vraiment complexe. La ville est envahie par les Airbnb, et trouver un appartement correct est tout simplement un vrai parcours du combattant. L’architecture est plutôt hasardeuse ici, et il n’est pas rare de retrouver des logements avec des chambres sans fenêtre, ou tout simplement vraiment très mal organisés. Je ne parle même pas de l’isolation et de l’absence de chauffage, qui peuvent faire passer un bien mauvais hiver ! Au contraire, à Houston, les maisons sont grandes et agréables, même si l’accent n’est pas mis sur la lumière comme en France. Ma jolie maison blanche de Houston me manque (et au passage, l’article sur ma maison américaine est à ce jour le plus lu sur le blog, c’est rigolo, non ? 🙂 )

Élever des enfants

Pour ce point, j’ai envie de dire que cela dépend beaucoup de l’âge des enfants. Que c’était pratique de vivre aux US quand mes enfants étaient petits, dans une grande maison, avec de l’espace, des piscines, des jeux et des restaurants kid friendly de partout ! Les américains sont de grands enfants, et ça a été d’une facilité déconcertante de vivre et de voyager dans ce pays. En revanche, j’ai assez vite vu les limites de cette vie avec des enfants plus grands. Que dire lorsqu’il faut parler de politique, des armes, de la malbouffe, de la surconsommation, toutes ces valeurs qui sont tellement éloignées des miennes ? Je suis heureuse d’être au Portugal pour cela, car la vie que je leur offre me parait bien plus saine et équilibrée. Je n’ai pas besoin de passer mon temps à expliquer des actes qui me révoltent intérieurement…

Le climat

On ne va pas se mentir, le climat de Houston était tout sauf facile à vivre. Certes l’hiver y est doux, mais de mi mai à fin septembre c’est une véritable fournaise. Après 7 ans, je n’en pouvais plus de vivre dans la clim, surtout que cela est contre-productif car c’est aussi un des facteurs aggravants du réchauffement climatique. Par ailleurs, même quand le climat est plus agréable, c’est sans compter sur les moustiques qui sont une véritable plaie, d’avril à fin novembre. Je préfère donc de loin le climat océanique de Lisbonne, avec ses belles journées ensoleillées et son climat plus agréable malgré les quelques mois d’hiver. Et, bien évidemment, je me félicite tous les jours d’avoir quitté les US pour ne pas revivre un cyclone comme dans le cas d’Harvey…

La sécurité

Croyez-le si vous voulez, mais j’ai été très surprise de la petite violence quotidienne qu’on peut trouver à Lisbonne lorsque j’y suis arrivée. Alors bien sûr, c’est très très relatif par rapport à la France, et la vie au Portugal est vraiment safe. Les enfants peuvent avoir une réelle liberté car c’est un pays qui ne craint pas grand chose. Toutefois, en venant des US, j’ai été surprise de voir de temps en temps des gens se crier dessus dans la rue, voire même se battre. Ça reste un pays du sud de l’Europe et ça peut s’échauffer très vite ! Rien de tout cela à Houston, et pour cause… le fait que chacun peut posséder une arme calme vite les ardeurs ! Je n’ai pas vu un seul fait de petite violence aux US, et les gens sont en général calmes et pacifiques. En revanche, quand c’est violent aux US, c’est TRÈS violent, et ça ça n’existe que très peu au Portugal.





La vie au Portugal… ❤




La santé

Alors là, la réponse est toute trouvée : quand on a de l’argent, on peut facilement se soigner, point. Au Texas comme à Lisbonne, il existe des hôpitaux privés où on débourse une petite fortune, mais qui permettent d’avoir accès rapidement à des soins de grande qualité. La différence se joue sur le système public. Les gens se plaignent au Portugal car les hôpitaux sont à peu près à l’image de ceux de la France mais, après avoir vécu aux US, mon avis a bien changé sur ce point. Au moins, si on n’a pas d’argent, on peut être soigné. J’ai été profondément marquée par les malades en phase terminale de cancer qui faisaient la manche dans la rue lorsque je vivais à Houston. Et je ne parle pas de toutes ces personnes âgées qui ne pouvaient pas se payer de nouvelles dents. Non, vraiment, il vaut mieux vivre en Europe pour la santé, même si tout n’y est pas parfait.

Les habitants

J’adore les portugais, vraiment. C’est un peuple détendu, qui sait bien profiter des petits plaisirs de la vie. J’ai beaucoup appris à leur contact, notamment sur le fait de ralentir mon rythme de vie. Il est toutefois un peu difficile d’entrer dans leur univers, car ils sont très attachés à leurs familles et ils se voient très souvent pendant les week-ends. Malgré tout, j’aime beaucoup les contacts que j’ai avec eux. En parallèle, j’ai eu un véritable coup de cœur pour les américains. Certes, la moitié vote Trump, ils portent des armes et sont un désastre pour l’écologie, mais que j’ai appris sur moi-même à leur contact ! S’il y a une chose qu’on ne peut pas leur enlever, c’est leur optimisme et leur gentillesse. Ils sont serviables, généreux et ils n’hésitent pas à se lancer dans la nouveauté. Si j’en suis là aujourd’hui, c’est parce que cet American Dream m’a touchée intimement, me montrant que je pouvais repousser les limites de mes rêves…

Conclusion

J’ai volontairement évité d’attribuer des points à chaque pays car, comme je le disais dans mon introduction, cela reste très subjectif. Toutefois, malgré quelques petits défauts, j’ai une préférence pour la vie au Portugal, qui est facile et douce. Je crois que c’est le pays dont j’ai besoin à ce moment de ma vie, tout comme le Texas m’a beaucoup apporté lorsque j’étais jeune maman. Je n’ai donc aucun regret du temps passé aux US, n’y d’en être partie maintenant. Je changerais de pays sans hésiter si c’était à refaire, pour le meilleur et pour le pire !








Je ne vais pas vous mentir, écrire cet article m’a demandé une énergie folle, énergie que je n’ai pas vraiment en cette période post Covid. J’ai fait un gros effort pour prendre sur moi et trouver les ressources pour m’y atteler. Alors, pourquoi est-ce que je l’ai fait quand même ? Parce que je me suis fait la promesse d’écrire un article par semaine jusqu’à cet été, puis de reprendre à ce rythme à la rentrée en septembre, et qu’il était très important pour moi de m’y tenir. C’est vraiment un défi personnel d’écriture que je me suis lancé, car chaque article me prend plusieurs heures à préparer et écrire, sans compter tout ce qui doit être partagé ensuite sur les réseaux sociaux. En parallèle du blog, je travaille sur le tome 2 de ma série de romans Fantasy, et j’écris une biographie de vie familiale. Je ne suis donc pas en manque d’écriture, et ces quelques heures par semaine que je consacre à ce blog pourraient être optionnelles, d’autant plus qu’elles sont complètement bénévoles. Donc, si le cœur vous en dit, n’hésitez pas à me faire de temps en temps des petits retours si vous êtes un lecteur de l’ombre, ici ou sur les réseaux sociaux. Cela m’aidera à garder plus facilement le cap dans ce projet de transmission 😉

Merci à vous ! ❤

PS : Il semblerait que certains de vos commentaires ne passent pas sur le blog. Si c’est le cas, cela me rendrait un immense service que vous m’en informiez directement par mail/MP afin que je règle ce problème au plus vite. Merci !

17 commentaires sur « Vivre au Texas ou vivre à Lisbonne? »

  1. Coucou Sophie,
    je passe te lire très régulièrement ( mais commente peu en effet ) parce que je garde de très bons souvenirs de nos après-midi à la croix rousse, à la MPN ou dans les parcs, parce que n’ayant encore jamais voyagé j’aime le faire à travers tes articles, et simplement parce que c’est un réel plaisir que de te lire.
    Merci pour tes mots, tes réflexions, et tes visions d’ailleurs.
    (Et j’ai aussi hâte de rencontrer Ehron ^^)
    Bises de Villeurbanne, sous la canicule…

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou Patricia ! Je ne savais pas que tu me lisais encore après tout ce temps ! Moi aussi je me souviens de ces bons moments, alors que je galérais avec Salomé tout bébé 😉 Bon courage pour la canicule, et un grand merci pour ton message et ta fidélité sur ce blog !

      J’aime

  2. Hello Sophie, c’est avec joie que je lis tes articles. Je ferais juste une remarque, le salaire minimum aux USA dépend des Etats. Il est de 7,25 dollars de l’heure au Texas, ce qui ne fait pas grand chose à la fin du mois. Intéressant de lire les différences entre les deux pays. Les airbnb aggravent les problèmes de logement des locaux c’est certain. Bonne continuation

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Carole pour ton message ! En effet le salaire de base est très bas au Texas dis donc ! Je crois qu’au Portugal il est autour de 7-8 euros, ce qui est finalement un peu plus élevé qu’aux US. Quant aux Airbnb, c’est une véritable plaie… Se loger à Lisbonne est un enfer et ce n’est pas assez réglementé (voire pas du tout ?). À bientôt sur le blog !

      J’aime

  3. Hello Sophie, je lis toujours tes articles mais ne commente pas souvent car l’ordi ne reconnaît plus mon « identité » et je suis obligée à chaque fois de tout retaper. Et en plus, je crois que mon dernier message n’est carrément pas passé !
    J’adore ce genre d’article, et je réfléchis exactement aux mêmes aspects de ma vie à Tokyo et à Casa : les points positifs d’un côté, les négatifs. Et comme tu l’écris, l’important c’est surtout que c’est enrichissant : on apprend sur soi et sur les autres, quelle que soit notre expatriation ; ce sont des expériences très formatrices.
    Bises et à cet été j’espère !

    Aimé par 1 personne

  4. Non, non, il ne faut pas croire, on est quelques-uns à lire 😉

    Alors j’en profite pour faire quelques petites remarques :
    – il n’y a pas de smic aux USA
    – au Portugal, il n’y a pas besoin de visa pour s’installer SI vous êtes européen.

    Sinon, venant de m’installer à Lisbonne il y a quelques semaines, j’aurais bien d’autres questions, mais plus personnelles….

    J’aime

    1. Merci pour ton message AdA !

      En effet, en discutant avec mon mari à midi, j’ai réalisé qu’il n’y a pas de smic aux US, mais un salaire minimum (12 dollars de l’heure). À Lisbonne, je crois que c’est 7 ou 8 euros de l’heure.

      De plus, tu as raison de spécifier pour le visa qu’il faut être européen, j’aurais dû l’écrire dans l’article. J’ai justement discuté cet après-midi avec une brésilienne qui a de gros problèmes avec l’immigration. C’est quelque chose que nous ne connaissons pas en tant qu’européen au Portugal…

      Enfin, n’hésite pas à me contacter par mail pour tes questions personnelles, je serais ravie de t’aider !

      Au plaisir de te relire sur le blog,

      J’aime

  5. Je lis avidement chaque article que tu publies car je n’ai quasi jamais voyagé à l’étranger. Je rêve à travers tes articles qui sont fouillés, détaillés…
    Merci!

    Aimé par 1 personne

  6. Je lis avidement chaque article que tu publies car je n’ai quasi jamais voyagé à l’étranger. Je rêve à travers tes articles qui sont fouillés, détaillés…
    Merci!

    Aimé par 1 personne

  7. Personnellement, je préfère Houston à Paris. Que la vie y était facile. Je te rejoins cependant sur l’idée que la vie à Houston est facile si tu es riche et en bonne santé, sinon c’est très compliqué. « Everything is bigger in Texas »
    Cela fait une semaine que je prends à nouveau les transports en commun parisiens pour mon nouveau travail et il y a déjà eu un accident voyageur.

    Aimé par 1 personne

    1. Je compatis, sincèrement ! Je ne l’ai pas précisé dans cet article mais si j’avais dû choisir entre Paris ou Houston, je serais restée à Houston si j’avais pu. Bon courage à vous 4 pour cette nouvelle installation !

      J’aime

  8. Salut Sophie.
    Je te rassure tout de suite. Je (re)lis tous tes nouveau articles mais il est vrai que je ne commente pas bien souvent. J’ai longuement hésité sur les enfants précoces car mon opinion est légèrement différente même si je suis globalement aligné avec toi.

    Je ne peux que te conseiller de continuer tel que tu le fais. L’essentiel est que tu te fasses plaisir. Le succès arrivera forcément un jour et surtout lorsque l’on s’y attend le moins.

    Bises chez toi.

    J’aime

    1. Merci pour ton gentil message Alex, ça me touche de savoir que tu es toujours là ! Concernant mon précédent article, c’est bien des enfants hypersensibles dont je parlais, non pas des enfants précoces 😉 N’hésite pas à laisser un message même si ton avis diffère, c’est toujours très enrichissant ! Bises de Lisbonne ❤

      J’aime

Répondre à Alex from Houston (now from Paris :-( ) Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s