Ma rencontre avec Hervé Le Tellier, prix Goncourt 2020

Pas plus tard qu’hier, une de mes amies me demandait si je continuais l’écriture créative en ce moment. En y réfléchissant bien, il est vrai que j’ai complètement arrêté de créer des histoires fictives, tout mon temps étant dédié aux témoignages de vies et aux biographies. Pourtant, coucher sur le papier toutes les histoires que j’ai en tête est une véritable passion ! J’aime donner vie aux personnages qui se bousculent en moi. J’aime rire et pleurer avec mes écrits. J’aime voir le processus créatif se mettre en place, idée après idée. En revanche, j’ai beaucoup plus de mal à faire lire mes histoires, notamment aux gens que je connais. Je n’ai pas encore mis complètement le doigt sur ce blocage, qui pourtant me pourrit bien la vie dans mon quotidien d’aspirant écrivain. Bref, il y a 1 an et demi, je me suis prise par la main et j’ai tout de même participé à un concours d’écriture, où il se trouve que j’ai été très bien classée. Cela m’a permis de rencontrer Hervé Le Tellier, qui vient tout juste de remporter le prix Goncourt avec son livre L’anomalie, et changer de manière décisive la vision que j’avais de moi en tant qu’auteur.

Lire la suite de l’article

Vieillir et l’accepter

En ce moment, je pense beaucoup au fait de vieillir. Peut-être que c’est parce que c’est (très!) bientôt mon anniversaire. Je vais avoir 38 ans, et ce chiffre me fait un drôle d’effet. Je ne sais pas si je l’aime ou s’il me fait peur, si je me sens un peu vieille, ou encore un peu jeune. J’ai définitivement quitté le club des 20 ans, celui où la vie parait longue devant soi. J’atteins doucement la fin du club des 30 ans, celui où la vie paraît encore longue, mais un peu moins.

Je racontais hier à une amie qu’en avançant dans l’âge, je me découvre chaque jour de nouveaux petits trucs. Avant, j’avais le vertige pour moi, maintenant je l’ai pour moi ET pour les autres. Avant je pouvais manger mal, travailler trop et dormir peu. Maintenant, mon corps ne suit plus et me réclame de la douceur et du repos. J’ai mal au pied en ce moment, comme une fracture de fatigue. Qui a une fracture de fatigue, dans la plénitude des 20 ans ? Personne. Qui a une fracture de fatigue, au crépuscule des 30 ans ? De nombreuses personnes je pense. Le soir, je tombe de sommeil, et le matin je me lève aux aurores. Je ne suis plus capable de faire des manèges, j’encaisse moins bien le décalage horaire et j’ai de plus en plus souvent froid. Non, vraiment, je crois qu’on peut dire que doucement, mais inexorablement, mon corps vieillit.

Lire la suite de l’article

This is me

Dans mon salon, il n’y a pas de télévision. Je regarde un film une fois par an, souvent par le plus grand des hasards. Je n’ai jamais eu Netflix. Je ne connais aucune série, et je suis toujours perdue lors des dîners entre amis lorsqu’ils commencent à se faire des recommandations.

Je ne bois pas d’alcool, ni de café, jamais. Un thé blanc le matin, parce que ça me réveille. Je ne fume pas, je n’ai même jamais vraiment essayé.

Je ne connais pas les auteurs actuels ni les sorties littéraires récentes. Je lis surtout les auteurs classiques, et Zola, encore et toujours, parce j’entends la musique de ses livres, le rythme, les émotions, la douceur, la noirceur, et que ce sont ces écrits-là que je veux garder au fond de moi.

J’entends souvent parler de chanteurs, d’acteurs ou de réalisateurs, et la majorité du temps je ne les connais pas. Je ne vais jamais dans des expos, ni au théâtre, encore moins au cinéma. Je n’écoute pas de musique, ni de podcasts, ni la radio. J’aime simplement le silence, celui qui a une profondeur, celui qui se pose doucement sur les épaules pour envelopper nos âmes, celui qui détend.

Lire la suite de l’article

Et alors le portugais, ça avance ?

Figurez-vous que j’ai un passe-temps secret auquel je m’adonne de temps à autre, c’est de relire de vieux articles de blog que j’avais écrits il y a longtemps. D’une part, ça me permet de retrouver différentes étapes de ma vie et les émotions qui allaient avec à ce moment-là, et d’autre part cela me fait beaucoup rire avec certains articles plus légers, car oui, je fais partie de cette caste de gens qui se font rire tous seuls ^^. En farfouillant dans les tréfonds de mon blog, j’ai donc retrouvé un article qui m’a autant fait rire en le relisant que j’avais rigolé en l’écrivant : Apprendre le portugais pour les nuls.

Cet article ayant été écrit il y a deux ans lors de mon arrivée à Lisbonne, il me semble qu’il est plus que temps de faire un petit bilan sur mon évolution linguistique. Je sais que ça vous intéresse. Si, si. Enfin tout du moins je sais que vous êtes polis et que vous lirez cet article jusqu’au bout. Enfin je crois.

Lire la suite de l’article

Mon ressenti face à l’élection américaine 2020

Voilà, nous y sommes. 4 ans que j’attends, que nous attendons tous, ce jour avec impatience.

Je ne peux même pas vous traduire dans quel état je suis aujourd’hui. Je crois que ce n’est pas que de l’impatience et de l’appréhension, c’est aussi tout un ensemble d’émotions qui remontent à la surface, toutes celles que j’avais bien enfouies au fond de moi face au choc de la précédente élection. Je ressens encore à vif toute la sidération de ce moment, où d’heures en heures, l’espoir avait laissé la place à la consternation.

Lire la suite de l’article

Comprendre les élections américaines 2020

Il y a 4 ans, nous étions à l’aube d’une très grosse claque mondiale avec l’élection de Donald Trump. A cette époque, je vivais aux US depuis 5 ans, et la soirée de l’élection restera un des souvenirs les plus terribles de mon expatriation. Je pense que tous ceux qui l’ont vécue pourront témoigner…

Comme c’est un système très compliqué, je me suis dit que je pourrais faire un petit point avec vous pour vous expliquer comment cela fonctionne réellement. Un deuxième article suivra bientôt avec mon ressenti sur ces élections.

Attachez vos ceintures, je vous emmène au cœur d‘un des plus gros débats présidentiels de l’histoire américaine et que tout le monde attend impatiemment depuis près de 4 ans !

Lire la suite de l’article

Fermer nos anciennes portes

Drôle de titre, n’est-ce pas ? Mais j’ai beau essayer de le retourner dans tous les sens, je n’en vois pas d’autres. Je trouve pourtant que ça sonne bizarre, « Fermer nos anciennes portes », peut-être parce que c’est quelque chose qui est un peu difficile à faire dans nos vies. Mais j’ai pris ces jours-ci conscience de ce petit détail, qui est finalement peut-être le plus important, et j’ai envie de vous partager ma réflexion.

Lire la suite de l’article

Devenir écrivain

Je ne me souviens pas exactement comment j’ai appris à lire, ni quand, mais une fois que la lecture a été acquise, elle ne m’a plus jamais quittée.

Quand j’étais enfant, je lisais tout le temps, dans mon lit, dehors ou même la tête à l’envers, je lisais des romans, des bandes dessinées ou des documentaires, je lisais tout ce que je trouvais, autant que je pouvais, autant que je voulais. Je lisais surtout beaucoup le dictionnaire, passionnée par tous ces mots qui défilaient devant moi, et dont les définitions s’inscrivaient pour toujours dans mon cœur.

Quand j’étais enfant, en revanche, je n’écrivais pas. L’orthographe était assez naturelle pour moi, mais la grammaire me résistait irrévocablement. Je ne comprenais pas les règles et je ne voyais pas du tout l’intérêt de les appliquer. Malgré ma passion pour la lecture, j’étais convaincue d’être une scientifique dans l’âme. Écrire était une torture, et mes textes étaient toujours vides de sens.

Pendant mon adolescence, je lisais toujours autant. Je lisais des histoires qui faisaient peur, je lisais des histoires tristes, je lisais des histoires de médecins légistes, d’enquêtes policières, d’enfants abandonnés, je lisais pour mieux comprendre le monde et appréhender un peu mieux sa profondeur et sa réalité. J’étais à la recherche de sens, et c’est dans les livres que je l’ai trouvé.

Lire la suite de l’article